Hello les gens !

Bon oué je sais, ça fait bien plus d'un mois que j'ai rien écrit ici (et m'enregistrer chanter, j't'en parle même pas mon con).
Mais ça fait aussi plus d'un mois que je bosse figurez-vous ! Dans la banlieue, lointaine, là-bas, du quatrevingdouze... Tout au bout de la ligne 9 du métro. (Tiens d'ailleurs l'autre jour, y'a un vieux machin qu'a répondu à son téléphone en disant fort et d'un ton bien coincé "Ouiii, je suis dans le métropolitain lààà heeeein" chépa pourquoi mais ça m'a fait sourire).
Bref, t'as compris : j'ai pôa le temps !
Je bosse tellement !!... Mais vous n'imaginez pas ♫ce qu'ils sont gais tellement ce que c'est intense dans ma boîte de Business Intelligence de l'Amérique-toute-puissante.... Tellement... que j'ai à peine eu le temps de gagner haut la main
UN MAGNIFIQUE BADGE par le biais du concours "Qui étaient-ils avant ?" sur Yourteube.
Et tout ça grâce à mon don inné pour faire plus de 2 choses en même temps (facile je sais, je ne suis pas un homme) mais surtout, mon immense savoir sur les séries des ziouessai.
Alors ça tombe bien en fait, parce que du coup, comme vous êtes des centaines des millions des milliers  deux à m'avoir réclamer la suite de ma collection de séries, on va rester dans le thème.

(et pis je déverserais ma haine te parlerais un peu plus tard, quand je serais motivée, des transports parisiens qui puent, de mon boulot qu'est tout à fait peinard sympa, tout ça tout ça quoi)

Si vous vous souvenez les amish, j'avais dit la dernière fois, qu'on se retrouverait avec des guns, du sang, de la course-poursuite et toutes les forces armées que l'Amérique peut compter.
(j'avais aussi fait une petite chasse au lien/trésor dans mon article, qui aura été massivement suivi par un collègue. Bravo à Christophe G. qui a donc gagné un mars, offert en main propre, forcément)

Alors moi à la base, les séries policières, ça m'a jamais vraiment bottés la chatte.
A part donc peut être CHiP's comme je le disais previously, quand j'étais gamine (La grosse moto ou
Poncherello, ou les deux ? On ne saura jamais...) Mais je reste vraiment une fille avec un peu, des goûts de fille (c'est d'un mainstream, je sais)... 
Et puis de toutes façons, les sempiternels Rick Hunter, Hooker & Co qu'on se tapait systématiquement pendant le gigot-fayots du dimanche midi, m'auront définitivement fâchée avec le genre "mais qui donc a tué la pute le pauv'gamin ?"

Et aujourd'hui alors, qu'est ce qui me fait regarder une série où ce qu'y a du poulet, du soldat ou de l'espion ?
Sans doute l'originalité du scénario et le jeu de vrais bons acteurs.
Alors oui c'est sûr, ça parait primordial pour toutes les fictions qu'on regarde mais ça l'est surtout pour le genre policier.
On te parle de meurtres, de viols, de trucs horribles.... Si le casting est pas un minimum convaincant, c'est la chatastrophe ! (Bon cela dit, ils y arrivent pas toujours, et même parmi celles que je regarde ^^)

Pour commencer donc, dans le genre "policier au scénario original", on ne peut forcément que citer le charmant Dexter ...

dexter

... le psychopathe serial-killer flic.

Idée de départ plus tordue que ça, tu peux pas !
En même temps, la série étant plus ou moins issue d'un roman
(Ce cher Dexter de Jeff Lindsay), ceci explique peut être cela...
Alors oui, Dexter, il fait mouiller la culotte (la mienne du reste) mais surtout il est flic.
Son père adoptif était flic, sa soeur est flic et elle est même sa collègue, connue comme étant celle qui dit ou ajoute tout le temps "fuck" dans ses phrases. Tout ce petit monde étant réunis dans un joli petit coin de la Floride : Miami. (Et là je peux te dire qu'on est trèèèès loin du cliché ringard des deux tarlouzes des années 80 au même endroit)
Et puis surtout Dexter, ça rime avec expert... Ce qu'il est.... Dans les tâches de sang issues de scènes de crimes. (et même si y'a pas eu meurtre, je serais ok pour qu'il me retire mon tampax moi s'il veut *classe*)
Parce que oué, le sang, ça le connaît ; il a baigné dans celui de sa mère fraîchement assassinée, quand il était tout petit. (ambiance)
Et comme cet épisode sanglant l'a "légèrement" traumatisé, il ne ressent aucune émotion (oui c'est un peu la définition du mot psychopathe je sais) et finalement, le seul truc qu'il arrive à ressentir, c'est le besoin de libérer le monstre en lui, et donc de tuer. (y'a des traumatisés qui fument des pétards ou qui picolent, bon bah lui il zigouille, chacun sa pathologie hein)
Alors même si au départ on peut être effrayé (voire même pas convaincu du tout) par le scénario, grâce à sa gueule d'ange, son impassibilité et sa folie meurtrière qu'il met au service de la justice en ne tuant que des bad guys, au final ben on accroche, on reste, et on en redemande !
Alors effectivement, c'est pas la grosse marade, l'ambiance n'est pas non plus celle des petits poneys en week-end dans les vosges mais quand même pour convaincre de regarder Dexter, je dirais que si vous aimez les séries où l'on s'attarde sur la psychologie des personnages, et leurs liens entre eux, c'est définitivement fait pour vous.
Et puis surtout l'évolution du personnage principal y est très riche, le meurtrier passant d'une vie de célibataire méticuleux (limite maniaque en fait) à celle d'un père de famille recomposée, réussissant tant bien que mal à se créer des liens alors qu'au départ il n'y parvient pas vraiment.
La quatrième saison vient de débouler sur canal tandis que tièfe-ouane s'est enfin décidé à proposer la première, tard le soir, pour ne pas effrayer le public. (Et jean-pierre pernault tous les midis depuis 50 ans, ça fait pas flipper ça ptêt ?!)
La cinquième est attendue pour le mois de septembre et j'ai hâte passqu'à la fin de la 4, y'avait le.... (nan j'déconne t'inquiète, j'dirais pas qui est mort ! :oÞ)

Bon, on passe à autre chose et disons dans un registre un brin plus classique...
Alors non, je ne regarde pas les Experts (quelque soit le lieu d'investigation), parce que j'aime pas bien trop faire comme tout le monde (c'pour ça que le Iphoune par exemple...) mais rassurez-vous, j'ai tout de même dans ma sélection une série avec du Effe-Bi-aye dedans.

 

bones1

 

Alors eux là, ce sont les heros de Bones - ou Os, dans la langue de Jean-Jacques Goldman- et à dire vrai, si je regarde cette série depuis quasiment son début, c'est surtout pour l(es)'histoire(s) d'amour sous-jacente(s) à l'intrigue policière (de toutes façons, une série sans un minimum de sentiments et/ou de cul, c'est pas une bonne série).
Le ressort scénaristique y est immuable comme dans House par exemple : En début d'épisode, quelqu'un (ou une bande de potes, ou mieux, d'enfants, ça fait toujours vendre des enfants qui crient) découvre horrifié, un cadavre en état de décomposition avancé, ou des ossements étranges, ou tout autre truc un peu dégueulasse qu'à l'air mort et vaguement humain. (On a eu de tout d'ailleurs. Du collé sur de la cloture électrique, du fondu dans des solutions bizarres, du enterré/mangé par les vers, du dévoré par les chats... M'enfin généralement, la partie gore de cette série ne dure jamais bien longtemps)
Bref, y'a un mort qui décède de circonstances indéterminées et à l'insu de son plein gré, et là, ça ne fait pas un pli, le FBI, incarné ici par David (miaaaam) Boreanaz, est alors généralement collé sur le coup.
Pour l'aider dans sa tâche, il est associé à Temperance Brennan (Emily Deschanels - aucun rapport) qu'il surnomme ingénieusement Bones -si si comme le titre, truc de ouf- l'anthropologue du Jeffersonian Institut. (Le tout se déroulant à Washington D'iCi)
Elle est tellement intelligente cette bonne vieille Tempe (prononcez à l'américaine : taimepi) rationnelle et surtout experte en ce qu'elle fait qu'elle peut quasiment te dire à quel moment un mec a eue une diahrrée dans sa vie rien qu'en étudiant de près son fémur. (enfin presque quoi)
C'est ainsi que pendant 45 minutes, le Docteur Brennan, l'agent Booth et toute l'équipe du Jeffersonian : Angela la dessineuse de têtes, Jack le fouineur de caca (bon en vrai il est expert en mineraux, vegetaux et tout ça, mais quand même, il aime bien fouiller dans les trucs cracra), Zack l'assistant au QI astronomique et qui cachera plus tard un lourd secret, ainsi que tous les autres qui grossiront les rangs du casting au fil des 5 saisons, tenteront de résoudre l'horrible crime du début.
Les histoires ont au moins le mérite d'être souvent originales et le ton assez "marrant" finalement (pour comparer aux experts qui tirent tout le temps une gueule de 6 pieds de long et qu'on pas l'air de se marrer des masses pendant leurs enquêtes).
Les personnages sont tous très attachants aussi et bien sûr, 5 ans après, on ne sait toujours pas si Booth et Brennan vont finir par se tripoter pour de vrai et nous faire des petits. (du coup on continue de regarder, c'que c'est bien pensé tout de même !!)

Alors là, tu vois, j'aurais pu enchaîner et te parler d'une série dite "classique" que je regardais jusquà y'a pas si longtemps mais en fait, je viens de prendre la décision sans précédent de ne plus la regarder.
Ouais, ça me fait presque mal cette rupture mais trop c'est trop.
Cette série, c'est le N.C.I.S. (Pour Naval Criminal Investigative Service) et ça commençait à faire un bail que je la suivais. Déjà à l'époque (au siècle dernier) sur M6 et en français (pouah) avec mon ex cher et tendre (enfin lui c'était plutôt cheap&mou hein) dans notre HLM pourri. (on passait des vendredis soirs de ouf, t'as vu)
Mais alors bon voilà, les enquêtes pour découvrir qui qu'à tuer les Meurinz ont finis par devenir une espèce de chasse aux terroristes qui menacent à tout moment de faire péter les états-unis.
Je me suis rendue compte que toutes les semaines, à la fin du 'zode, je me disais "mais merde j'ai rien pigé à cette épisode moi" Et puis au bout d'un moment, j'ai compris que c'était surtout parce que je regardais que d'un oeil (et crois-moi que c'est pas facile-facile) et que souvent, bah je faisais autre chose en même temps, genre mes ongles.
J'ai donc très vite compris qu'en fait, j'en avais absolument plus rien à péter. (enfin j'dis ça et puis je sens que par acquis de conscience j'vais quand même me la mater quand la diffusion sera terminée)
Bref, certains personnages, comme Abby la charmante laborantine-gothique, vont quand même me manquer....

abby_sciuto_
clic donc tu vas voir
c'est marrant

Je vais finir sur ma préférée du genre finalement ; celle qui a l'odeur du policier, la couleur du policier et un peu le goût mais qui n'en est finalement pas vraiment.
Et si vous ne deviez en retenir qu'une sur cet article, ce serait celle-là :

chuck_1

Chuck,
celui qui sauve le monde pour 11$ de l'heure.

C'est mon chouchou lui un peu. Il est tellement mimi le Chuck !
Chuck c'est en fait Charles Bartowski, il travaille dans un BuyMore, un genre de "supermarché" de l'éléctroménager et autres (Chépa si on aurait un équivalent en France ; Planète Saturn ?) et officie au sein du Nerd Herd, soit l'assistance et dépannage informatique.
Parce que oué, en fait, Chuck, il est geek, gauche, pas super douée avec les filles (c'est redondant ?) et possède même encore son vieux poster de
Tron sur le mur de sa piaule. (qui se trouve dans l'appart' de sa soeur donc, en bon no-life qu'il est !)
Et pis un jour, y'a un vieux pote de l'université qui lui envoie un mail.
Jusque là, rien d'anormal, surtout pour un geek. Sauf que ce mail contient "juste" une base de données cryptée réunissant toutes les informations secrètes (ou pas) de la NSA et de la CIA.
Et par un effet spécial digne d'un spielberg et une manipulation que je n'ai toujours pas compris encore aujourd'hui, ce pauvre Chuck se retrouve avec tous ces secrets enregistrés dans son inconscient et qui réapparaissent un peu quand ils veulent.
Arrivent alors Casey et Walker, 2 agents sous couverture, qui seront chargés de protéger la vie de Chuck et de ses proches.
L'agent Walker, Yvonne "j'ai-un-nom-à-coucher-dehors-dans-une-tente-quechua", qui doit à mon avis générer à elle seule 80% de l'audience (les 20% restant étant des filles)

yvonne
j'vois pas ce que les hommes
lui trouvent franchement, pffff

L'idée de départ est certes pas super réaliste mais en tout cas propice aux histoires (c'est utile pour une série), le héros est un peu looser mais va savoir évoluer dans le bon sens, les personnages sont certes haut en couleur (tout particulièrement la "bande" du BuyMore bien bien déjantée) mais tous plus droles les uns que les autres, bref, t'as compris tout est bien dans cette série et juste, je kiffe. Regardes-y donc !

J'aurais pu évoquer Breaking Bad aussi que je "rattrape" en ce moment et qui parle d'un homme mourrant qui veut mettre sa famille à l'abri du besoin en devenant un cuisiner d'un genre spécial (dans un labo, de methamphétamines) mais je l'ai pas finie alors non.

Et pis en fait, je vais arrêter là parce que ça fait genre un mois et demi que je suis sur cet article, et moi m'y reprendre à 12 fois pour écrire un truc, c'est pas ma façon de faire.
Bref, ne crois pas que j'en ai fini avec les séries, n'en reste encore plein... mais là, ça suffit pour cette fois.

Je te fais des bisous, ami lecteur fidèle, et reviens lacher tes comms surtout :D