Hé oui voilà, le mois de septembre est là (le temps pourri sur paris aussi, normal quoi), il nous faut donc ranger les tongs, le paréo Daxon offert par tata ghislaine, le monoï, le yoyo de bain encore tout salé/chloré, les seaux pour faire des pâtés de sable, bref, tout ce dont je n'ai quasiment pas eu besoin cet été (j'aime pô l'eau !) et ainsi rechausser nos mines déconfites propices aux rentrées des classes. (j'espère que tout le monde a bien acheté son agenda hello kitty ou sa trousse spiderman hein)

Septembre est bien arrivé donc, mes allocations chômages disparaitront définitivement dans 10 jours maintenant et je ne sais toujours foutre rien de ce que j'ai envie de faire au final ! (et travailler, flemasse, ça te plairait pas un peu ?.... mmh, moué)

Comble de l'assistanat social, non seulement j'en rame pas une (sauf si "réfléchir à quoi faire jusqu'à 4h du mat'" c'est une activité, là je suis débordée effectivement) mais en plus je me permets de prendre des holidays.
Oué je sais, je devrais avoir honte de toucher encore 800€ à rien branler et de claquer mon découvert dans des vacances non-méritées en lieu et place de mes dettes, mais haut les cœurs, je suis pas venue sur terre pour me faire suer hein. (même si tu te doutes bien que tout ça ne me rend pas spécialement fière m'enfin chuis comme ça, que veux-tu...)

Donc bref, je vais pas te bassiner avec mes problèmes existentiels de fric, de jobs, de mecs (ne barrez aucune mention) et te miner le moral dès la rentrée surtout que cette année elle est déjà bien plombante dans son genre...

Je le sais lecteur, toi tu es avide de détails, de tranches de vies rigolotes et tu te demandes donc ce que j'ai bien pu faire de mes vacances. Ou au moins de mon mois d'août (date de mon dernier billet)
Déjà, je peux te dire que mes pieds ont été victimes de plusieurs tentatives de meurtres ces 15 derniers jours....
Aux dernières nouvelles, ils auraient été aperçus en train de sécher lentement dans fantasyland près de l'attraction des marionnettes, mais on en reparlera peut être après...

Pour le kinzou (quinzwout ? quinzhou ? enfin le 15/08 quoi) tout d'abord, je suis partie loing en traing, où j'ai gracieusement été invitée dans le nouvel appartement de ma coupine Caro et de son esclave, qui pour des raisons d'anonymat évidentes, je nommerais ici "le français".
Ils forment un couple tellement charmant et accueillant...

DSC00257DSC00261DSC00255

 

Et pour savoir dans quelle ville je suis allée à leur rencontre, suffit de connaitre les rues d'une ville en particulier...

Celle où y'a ça sur les trottoirs !!
DSC00233

 

C'est facile hein ?

Bon enfin bref, je vais ptêt pas te déballer tout ce qu'on a fait et notre album photo porno mais comme t'es un peu voyeur, je vais tacher de te faire un peu plaisir...

Alors y'a eu...

2
Un succulent couscous...

6
du thé à la menthe...

7

Dans un restau sympa où on peut faire la con dans les couloirs,
sans que ça gêne !

Et puis des fois,

Ouh là là, déception...
11
Pas de jus de papayes ou de goyaves !!!!

Heureusement y'avait au moins du coca !
DSC00217

J'ai croisé une bête étrange aussi
DSC00223

 

Et puis le lundi, c'est là qu'eut lieu le drame...
L'effroyable machination qui s'est jouée contre ma personne et mes pieds en particulier, en cette banale mais très chaude journée du mois d'août, qui pourtant, commençait gentiment, par une simple ballade en ville, quelques lusheries, et une glace pourtant bien innocente.....

DSC00232

Mais en cette fin de journée étouffante, décision fut prise d'aller à la mer, histoire de rafraîchir nos corps moites. On avait bien marché, on avait bien méritée une petite baignade après tout (surtout moi qui aime pas nager, tu penses bien)
La destination en incombe à Caroline qui décide d'innover pour un coin qu'elle ne connait pas encore près de chez elle et choisit "La Vesse". Faut savoir que c'est comme ça qu'on appelle aussi un foireux. Vous savez le petit pet silencieux, inoffensif au bruit mais monstrueux à l'odeur.
Bref, fallait y voir un signe sans doute. Si vous voulez donc un conseil rapide sur ce petit bled en bord de flotte. N'y allez pas.
Ou tout du moins si vous tenez à votre véhicule, à vos nerfs, à votre self-control, à vos amis... allez-y à la rigueur à pieds en laissant votre charrette sur le parking mais ne commettez pas notre erreur. Celle qui aura été fatale à notre patience, et à un pauvre feu arrière de voiture qu'avait rien demandé à personne.
Sans qu'aucun panneau ne previenne, une route à peine assez large pour une voiture et qui circule dans les deux sens en semaine (et fermée le week-end, heureusement !!!) pour accéder à la mer tout en bas et de laquelle tu ne peux réchapper évidemment, qu'une fois arrivé en bas. (donc faut remonter et c'est là que tu refrises la crise cardiaque à chaque bagnole que tu croises).
Cette expérience ratée, nous avons donc atterri à côté dans le petit village de Niolon, et où nous sommes cette fois-ci, descendue à tongs, chargée comme des mulets avec nos sacs.

DSC00245

C'est magnifique n'est ce pas cette vue ?

Et pourtant je peux te dire qu'au moment de prendre la photo, j'en avais mais alors strictement rien à péter tellement j'en pouvais pu et que j'en avais chier comme un âne trop chargé sur les derniers 850 mètres tout en grimpette. (oui, j'ai pris des photos après, j'avais pas pensé à la descente, je savourais quoi)
Je me suis forcée à faire des photos de la vue, parce que pendant mon calvaire, quand nous sommes remontés de notre baignade, mon cerveau était tellement annihilé par la douleur ressentie dans mes pieds, mes mollets, mes poumons.... que j'ai même pas eu l'idée de capturer cet instant magique.... ne serait-ce que la côte à monter ou même ma gueule rougeaude ! (nan parce que tu vois, on me croit pas quand je raconte. A croire que les gens m'imaginent sportive avec mes 25 kilos de trop, genre)

Bref, tu l'auras compris lecteur, j'ai subie une attaque très violente dont mes pieds ont eut beaucoup de mal à se remettre !
Et pourtant pendant ces 4 jours, j'en ai massé des panards justement ! (8 exactement)
Mais non, moi j'ai eu des ampoules à la place, c'est bien aussi hein....

Et puis à peine le temps de me remettre de ce long week-end (enfin surtout pour mes pieds, sinon un week-end avec ma bichette, c'est toujours trop court !), débarquait à la maison et en même temps, plusieurs tribus familiales !
Pas de place pour tout le monde chez mes parents, je vais devoir héberger ma cousine et sa fille de 8 ans dans mon 40 m² ! Youuuhouuu ! On va toutes dormir ensemble, comme quand on était petites !!! :o)

Ma cousine, qui a 6 ans de plus que moi, je ne la vois pas souvent, quelques centaines de kilomètres nous séparant, mais elle est comme la grande sœur que je n'ai pas eue.
Nous avons passés deux étés ensembles lorsque nous étions plus jeunes et aujourd'hui, c'est toujours avec un malin plaisir que nous évoquons et chantons ce passé. Parce que oué, si y'a bien une personne devant qui ça me dérange pas de chanter, c'est bien ma cousine Laëtitia. Elle chante au moins aussi bien que moi, c'est te dire ! En plus, elle a une assez bonne culture musicale (c'est de famille d'façons, cherche pas, on est des bonnasses cultivées)

DSC00306DSC00310

Et donc nous, ce qui nous amuse beaucoup de chanter si tu veux tout savoir, c'est toute la daube qu'on adoooooorait à la fin des eighties quand on était chtites.
Et surtout un groupe en particulier...

Bros_Push

Eh oué, Bros, LE premier boys band de l'histoire (bien avant ces ptits cons de ricains de newkidzondeblok), devant qui nous sommes tombés en admiration cet été de 1987... (tu noteras cher lecteur, qu'à cet époque donc, j'étais pile dans la cible marketing finalement, puisque j'avais à peine 8 ans, pour ma cousine en revanche, qui avait 14 ans, c'était déjà un peu la loose ! hin hin hin)
Du coup voilà, maintenant quand on se voit, le cri de ralliement, c'est "WHEN.....WILL I.... WILL I BE FAMOUS"
Et comme je sais pas si tu connais, je préfère te mettre le clip.... Allez, tout le monde reprend en choeur !!!

C'est comme ça que tu te retrouves 20 ans après, à beugler des chansons périmées (mais qu'on aiment toujours, faut pas croire) et à rigoler comme une petite folle, tout en barbottant dans la piscine du voisin !

Mais évidemment, qui dit famille, dit visites touristiques évidemment, mais surtout.... qui dit famille, dit aussi.... ENFANTS !

Et là, je peux te garantir que pas un instant je n'ai regretté mon choix de ne pas en faire !
AAAAHHHH C'qu'ils sont CHIAAAAAANTS !!
Bon, j'aime bien rigolé avec eux, faire des bisous et des câlins, faut pas croire (chuis pas une marâtre, enfin une tatâtre pour mon cas) mes neveux sont bien sûr mes trésors et sont les plus beaux du monde ; et la fille de ma cous' est bien mignonne (si tu fais abstraction de son caractère) mais le moindre pleurnichou pour un truc débile qui sera oublié 5 minutes plus tard à peine, ça a le don de me gonfler prodigieusement. Et ça arrive environ 100 fois par jour au minimum.
Exemple typique, tu crois faire plaisir à ton gosse, tu lui offres une connerie pour laquelle il a été à peu près sage (et après avoir fait du chantage donc avec lui pour le dit-cadeau), ben nan, 3 minutes après, ça chiale parce qu'en fait, y voulait aussi un autre truc que t'avais dit que tu l'achèterais aussi si gnagnagna et gnagna.... Pffffffiou comment j'veux trop pas vivre ça !!!! Wooh le moutard là ! Kissékicommande ????
Et le pire, c'est que pour avoir traîner dans des lieux à touristes, j'ai pu constater avec effroi que la langue et la culture importaient peu quand il s'agit des mouflets ! Que ce soit en anglais, en allemand ou autre, c'est pas plus haut que trois bites à genoux, ça beugle autant qu'un troupeau de boeufs et t'as un parent au bout qu'est tout rouge, tout énervé et qui hurle un KWAAAAAAAAAAA ? (ou WHAAAAAAT ?)

J'ai donc joué à la fois les guides mais surtout les touristes dans Paris, chose qui ne m'était pas arrivée depuis des lustres. (et je suis pas peu fière, je m'suis pas gourée ! une fois à l'arrivée seulement, à cause de la belle-soeur qui raconte que des bullshits)
Nous avions opté pour le "cheap tour de paris" c'est à dire à pinces et avec le minimum de fric, c'est à dire qu'on a juste vus des monuments importants, histoire de les montrer aux gamins tout en prenant différents moyens de transports.
On a ainsi vu Notre Dame de Paris, à l'intérieur de  laquelle nous sommes entrés tout de même. Mais le lieu est tellement blindé de monde qu'il est impossible d'y détecter une quelconque vibration. Dommage...

ND

Beaubourg ensuite, où les gamins nullement impressionnés par l'espèce de raffinerie devant eux, ont préférés la fontaine Stravinsky à côté... (un grand classique chez les enfants. tu veux être sûr de faire plaisir, emmènes-les voir des fontaines)

DSC00286

Un petit macdo sur la fameuse "rue Ribery". (au lieu de rivoli, t'auras compris hein... mais cherche pas, c'est les conneries de ma belle-soeur, comme d'hab'. Ce qui est drôle, c'est qu'elle ne le fait même pas exprès, elle est trop forte)

Nous sommes allées salués du japonais à la pyramide du Louvre aussi... Où les gamins ont surtout été intéressés par....mmmh... les fontaines.
Une pyramide en verre gigantesque et un édifice immense tout autour ? Oué et alors, t'as vu y'a de l'eau aussi, tata !?

DSC00290

DSC00293

Ensuite un petit tour dans un bon vieux bus ratp des familles (nan parce que la machin à touristes où t'es comme un cake sur le toit, c'est bien sympa mais faut savoir que c'est 29€ à la journée. ça calme oué) et qui nous a bien évidemment emmené jusqu'à la classique Tour Eiffel que les enfants ont donc pu voir de leurs yeux. (et là pareil, point de visite, parce que ça coute une jambe pour monter)

DSC00297

Et pour finir, nous sommes remontés vers le Sacré-Cœur, où là tu ne verras pas de photos, pour la bonne raison que je n'en ai pas prises (au contraire de ma belle-soeur qui nous la faite touriste japonaise à fond les manettes) ce qui permet de comprendre à quel moment précis, j'en ai eu plein les pattes. La douleur, tu l'auras compris, m'ôtant toutes facultés mentales.

De ce que les enfants auront préférés, tu te doutes bien que les fontaines sont en première position, la seconde revenant aux pigeons, et la troisième au vieux bus déglingué et le métro. Y'a pas à dire Paris est magique !

Et puis le soir en rentrant, nous apprenons que nous pourrons nous rendre à moindre coût le vendredi.... chez Mickey !!! aaaaarrrgh (ce sont mes pieds qui se sont plaints bruyamment)
Et c'est là-bas qu'ils sont morts mes pieds, tout ça à cause d'une paire de converses totalement déjantées (mes doigts de pieds ont la possibilité de sortir faire un tour sur les côtés), enfilées le matin en pensant que ce serait mieux pour marcher et faire des attractions. Pffff, tu parles oué.
Je t'aurais bien raconté ma journée chez Mickey, mais je crois que ça mériterait un post entier et là tout de suite, j'ai pas envie, même si c'était très sympa de le faire "avec des gosses" (tu fais pas les mêmes attractions quoi....)

DSC00359

J'avais bien envie de mettre une petite reprise aussi, pour ma cousine, mais j'ai pas eu le courage de la faire encore.
Alors peut être à venir, si y'a encore quelqu'un à me lire, y'aura aussi à écouter ma version de "Natural High" (je n'en dis pas plus ! ;o))