Cher Paul,

Je viens d'écouter aujourd'hui ton dernier opus No line on the horizon et c'est pourquoi je choisis de t'écrire ces quelques lignes...

Alors que U2 naissait sur les cendres de Feedback à l'aube des années 80, je poussais moi mes premiers cris. Mon enfance aura certes été bercée par vos grands tubes tels que Sunday bloody sunday, New year's day, Desire ou d'autres mais ce n'est que 15 ans plus tard que notre histoire a véritablement débutée.
J'avais 15 ans donc, j'étais jeune, insouciante et collégienne (oué, j'ai redoublé cette putain de 3ème), je roulais comme une gueudin avec mon scooter, je me saoulais la gueule à la bière dès que j'en avais l'occas', j'écoutais Nirvana et d'autres trucs rock de mon époque (d'façons c'était ça ou East17 donc bon), la vie était belle quoi...
Et un après-midi, mon amoureux de l'époque (le premier connard à m'avoir brisé le cœur) amena avec lui son disque préféré : Achtung baby, sorti un ou deux ans avant.
Et alors que je découvrais ce qu'était un orgasme donné par une main autre que la mienne, mes oreilles furent enchantées par ce qu'elles entendaient, créant ainsi un lien que je croyais à l'époque, indéfectible.

L'amoureux s'en est allé très peu de temps après pour d'autres... mais toi, Larry, The Edge et Adam êtes restés.

Avec Émilie, ma meilleure amie, on se passait en boucle la VHS du Zoo Tv... Ce fameux concert mythique de 1993 enregistré à Sydney. On s'égosillait sur toutes les chansons, on se dandinait comme la danseuse du ventre qui apparaissait sur Mysterious ways, on essayait de comprendre avec notre petit niveau d'anglais ce que tu pouvais bien raconter, on faisait pause plusieurs fois pour t'admirer sous tous les angles (enfin moi j'admirais surtout Larry mais cherche pas, j'ai un truc avec les batteurs)... Bref, on était à fond et on mourrait d'envie de vous voir tous pour de vrai sur scène ! (chose que je n'ai jamais faite d'ailleurs... De la musique dans un stade, y'a comme un truc pas logique selon moi)

Les années ont passées, les disques se sont succédés.... Tu m'as surprise, décontenancée, voire même désintéressé... mais pourtant, à chaque sortie d'album, j'étais là, à la caisse de mon carrouf' régional pour acheter la galette avec mes petits sous d'adolescente et plus tard de jeune femme... Et j'étais fière presque d'arborer encore mes t-shirts U2, et clamer haut et fort que j'étais une fan, une vraie.
Je voulais rester fidèle à mon groupe préféré, je ne pouvais pas vous tourner le dos aussi facilement.... parce que souvent ces dernières années, les médias, les gens, t'ont reproché de te disperser, de jouer les sauveurs de l'humanité plus que les rock stars... Mais c'est parce qu'en France, on aime pas bien les artistes multi-casquettes. Mais moi, je continuais à dire que U2 était LE groupe de rock par excellence. Et même, je trouvais ça cool que tu mettes ta notoriété au service de nobles causes.
Mais avouons-le, je me cachais la vérité (chuis un peu la spécialiste en la matière en même temps), je ne voulais pas admettre que mon groupe préféré n'était plus ce qu'il était.... et qu'il était surtout devenu une énorme machine à fric.

Et puis j'ai grandie vraiment (dans la tête hein parce que niveau taille, je suis restée au même point), j'ai evolué, j'ai ouvert les yeux... et Internet aidant, j'ai découvert d'autres groupes (et d'autres connards aussi) mais j'ai toujours gardé au fond de mon coeur une vraie affection nostalgique pour U2.

Une décennie et demie est passée (déjà ? p'tain merde)... 2009 est là et No line on the horizon aussi...

J'avais décidé que ce coup-ci, je ne l'acheterais pas. Nan parce que les éditions collectors, ça va bien 5 mn quand on est fans ou ado, mais elles servent pas à grand choses au final. (si ce n'est dépenser du fric quoi)
Faut s'y faire mon pauvre Bono... aujourd'hui, la musique, on la prend gratos, et on la jette aussitôt écoutée. C'est la société de consommation qui veut ça. Et t'auras beau sortir moult versions avec des photos exclusives, des dvd, tes poils pubiens ou je ne sais quoi encore, les gens ne seront pas dupes. (enfin moi, je ne le suis plus maintenant. 30 ans : l'age de raison ?)
Même, je vais te faire une confidence, je n'étais même pas sûre de le télécharger tellement mon enthousiasme avait été terni au fil du temps mais le single Get on you boots m'avait paru assez entrainant à la première écoute alors je me suis dis, bon, pourquoi pas...

Je l'ai donc écouté cet après-midi pendant que je luttais avec mes cheveux pour les rendre lisses (tu m'excuseras de te raconter ma vie au passage) et j'en retiens quoi de ces 11 chansons ?
Ben rien justement. Et c'est là que je suis triste... Je ne l'aurais pas écouté, l'effet aurait été identique.
Si encore U2 avait proposé du U2 "classique", on s'en serait pas étonné... Un groupe qui dure depuis 30 ans, on l'excuserait presque de ne pas proposer quelque chose de nouveau, de ne pas innover.
Mais là, U2 propose du U2... chiant, insipide, mou, creux, vide, bref, du U2 tout ce qu'il y a de plus merdique.
La guitare de The Edge sonne effectivement comme la guitare de The Edge mais sérieusement, en 30 piges, il aurait pas pu apprendre quelques accords de plus. Parce qu'en arriver là pour nous balancer encore et toujours les mêmes pauvres sons ! Merde quoi, c'est limite si on pas envie de lui jeter des mediators à la gueule.
Et toi Bono ? Ok, ta voix est toujours la même mais on sent bien que le coeur n'y est plus... Tu penses à qui quand tu chantes sur cet album franchement ? Au Dalaï Lama ? au Darfour ? aux petits producteurs issus du commerce équitable ? Pas à tes auditeurs ni à tes fans en tout cas, ça c'est certain.
L'inspiration t'a manqué à ce point pour nous faire des whohohoho et des aaaaahaaa sur quasiment chaque piste, et ce pendant de longues minutes pour certaines ??

Comme je le disais, je ne retiens rien de cet album, si ce n'est 2 ou 3 titres qui feront de très bon singles pour virgin radio ou rtl2.
Et je ne parle même pas de la pochette ! Même ça c'est raté. Cette photo, grise, moche, qui ressemble à rien... Qui aurait envie d'acheter ça ???

Bref, je ne suis pas pour le lynchage mais là, je crois que cet album marque la fin de notre histoire.

Oui, Bono, Larry, The Edge, Adam... Je vous ai aimés, vraiment, de tout mon coeur. Vous m'avez émue, transportée, accompagnée, rendue heureuse ou parfois melancolique et je vous en remercie sincèrement.... mais il arrive un moment où il faut savoir tourner la page.
C'est donc à mon grand regret que je le dis aujourd'hui : tout est fini entre nous.