Hé oui, aujourd'hui, un titre "normal", même pas tiré par les cheveux, ni débile, ni naze. Juste un titre simple, qui annonce la couleur d'entrée de jeu.
Oui, je suis allée au Père Lachaise, oui je vais vous en parler, et oui, normalement y'aura d'autres épisodes. (C'est que j'prends en compte les remarques que l'on me fait, notamment sur la longueur de mes écrits !!)

Normalement, tout le monde sait que le Père Lachaise est un cimetière parisien et là donc, je vous vois déjà vous dire "Pourquoi elle veut parler de tombes cette con ?". Bah parce que je l'aime ce cimetière et que j'aime à partager les anecdotes dont je suis friande et tout ce que j'en connais (pas grand chose en vrai, mais chut)

Oui, depuis très longtemps, j'éprouve une sorte de "fascination" ou en tout cas un intérêt tout particulier pour ce lieu de repos éternel. Et pas seulement parce que Jim Morrison y est enterré (oué j't'ai entendu toi la-bas).
Ma première visite remonte à quasiment dix ans et je n'avais qu'une envie, y retourner. (je suis longue à la détente parfois, c'est vrai)

Comme je ne suis pas le Père Aimé, je me contrefous de savoir que ce cimetière fut conçut par Brongniart et qu'il a ouvert ses portes (ou ses trous finalement) en 1804 puis, qu'il a connu des agrandissements entre 1824 et 1850 pour finalement atteindre ses 44 hectares actuels.

Et justement, 44 hectares, moi je me rends jamais bien compte de ce que ça peut faire mais une fois que tu y es, tu piges très vite. C'est immense ! Surtout qu'il est érigé sur une colline, l'une des 7 présentes sur la capitale.
Donc faut le savoir, si vous décidez d'aller le visiter, prévoyez quand même une bonne paire de grolles (ni les ballerines ni les converses ne sont adaptés aux pavés !) et la bouteille de flotte, surtout s'il fait chaud.

Lundi dernier donc, profitant non seulement d'une visite amicale surprise mais surtout d'un superbe après-midi ensoleillé comme peut nous l'offrir le mois de septembre, nous voilà parties à la conquête du cimetière le plus visité au monde.
Nous n'avions que 2 heures devant nous, ce qui est bien évidemment insuffisant pour tout voir, et nous sommes donc contentés des sépultures les plus "intéressantes" et à notre portée. (par exemple, Edith Piaf, elle est tout en haut, près de l'entrée Gambetta, si bien que je l'ai jamais "vu". Ce sera pour la prochaine)

Autre conseil si vous voulez organiser au mieux votre visite, allez voir avant le plan sur le net pour situer les tombes et mieux, vous faire votre petit itinéraire. Parce que le plan distribué par la mairie de Paris a beau être gratuit, il n'en est pas moins super mal foutu. (au pire sinon, les commerçants autour se feront un plaisir de te vendre un merveilleux plan super grand, pour la modique somme de 2€)
Ça vous évitera surtout de galérer comme une kossovar avec votre plan à la main, marchant à travers les tombes d'anonymes, scrutant les panneaux d'indications de rues, et gueulant à votre collègue "C'est par làààààà j'te dis" (pourtant j'avais rien bu !)

Evidemment, vous ne serez pas surpris en apprenant que la première tombe vers laquelle nous nous sommes dirigées a été celle de..... de... (putain suspens whouu)... JAMES DOUGLAS MORRISON ! (aaaah jim !)
Normal quoi...
Mais en chemin, nous avons tout d'abord croisé cet obélisque :

P_re_lachaise_001

A croire que ce genre de monuments avait la côte au 19è siècle puisqu'il y en a dans tous les coins, de plus ou moins grandes tailles selon la richesse de "l'habitant".
Mais pourquoi avoir photographier celui-ci en particulier me direz-vous ?
Tout simplement parce qu'il s'agit de la tombe de Branly, qui non content d'avoir donné son nom à de nombreuses écoles et autres bâtiments officiels, a contribué à l'invention de la Télégraphie Sans Fil. Autrement dit la TSF, autrement dit la radio. Il avait donc sa place sur mon blog qui parle de musique !
Sans lui, ptêt qu'on aurait jamais entendu les grosses têtes rendez-vous compte !

Et puis musique toujours, puisqu'à quelques mètres de là se trouve une vieille tombe qui a la particularité d'être toujours très bien entretenu et très fleurie malgré son "age"...

P_re_lachaise_002

Celle de Frédéric Chopin, pianiste et compositeur polonais qui visiblement, conserve toujours énormément d'adeptes malgré sa mort il y a plus de 150 ans, vu la multitude de bouquets fleurs qui s'amoncellent sur sa sépulture. (Il est d'ailleurs inscrit sur la petite feuille de ne pas mettre le papier avec les fleurs, histoire que ça fasse plus joli quoi)

Juste en face, et là, ça m'a fait mal au cœur quand même vu comme Chopin est fleuri... La pauvre tombe toute moche et riquiqui de Pierre Desproges. Un mec aussi génial dans son art, et partit si tôt mériterait plus à mon avis...

P_re_lachaise_005
(Limite les gens n'y font pas gaffe tellement elle est insignifiante !)

C'est là aussi qu'on a perdu un quart d'heure à tourner autour de cette (putain) de 11è division, vu que je sais toujours aussi bien lire un plan et que j'étais persuadée de trouver Jim dans ce coin.
(oh ça va hein, c'pas la peine de ricaner, vu le nombres de touristes égarés qu'on a vus là et retrouvés ensuite près de la tombe de Morrison, c'est que vraiment le plan offert est tout pourrave !!)

P_re_lachaise_004
Ça nous a permis de voir combien la nature aime à reprendre ses droits aussi !

Finalement cette fameuse tombe, la plus visitée du cimetière et qui fait l'objet d'un véritable culte (normal pour un Dieu), se trouve dans la 6ème division et est entourée depuis quelques années par des barrières afin d'éviter les débordements, les tags, les réunions en tous genres - jim es-tu là ?, etc...
(j'y avais même vus deux cow-boys de la police lors de ma première visite. Ils se faisaient chier comme des rats morts)

P_re_lachaise_009

Alors oui, elle est moche, oui elle est coincée autour de plein de grands autres trucs, et oui y'a rien de spécial à y voir. (et non y'a quasiment pas de fleurs vu qu'on peut pas l'approcher à moins de 1m50)
La faute aux (cons de) fans tout ça...
A sa mort, en 1971, un buste fut installé sur le haut de la pierre tombale (elle-même recouverte par la suite de mots à la gloire de jim), puis volée, puis remplacée quelques années plus tard, puis re-volée.
La famille a donc finalement décidée que les fans étant trop cons, y'avait pas besoin d'un buste de Jim. Aujourd'hui, seule la mèche (le clou ?) persiste.
Par contre, si vous avez de bons yeux, vous pourrez lire une inscription en grec sur la plaque.
Mais je pense aux taupes et j'ai fait un zoom... (même qu'on voit toujours pas en fait ! lol)

P_re_lachaise_010

La phrase est KATA TON AIMONA EAYTOY et a été composée par son père, l'Amiral Morrison.
Je n'ai evidemment pas fait de grec, mais on pourrait la traduire par "en accord avec ce que la conscience considère comme étant bien".
En gros, ça veut dire que Jim Morrison a toujours été fidèle à ses idées, ce en quoi il croyait, et non aux règles de la société. Il faisait comme bon lui semblait ! (Comme moi quoi ^^)
Pour finir sur ce petit chapitre Morrison, une question : "Pourquoi a t'il décidé de se faire enterrer en France, au Père Lachaise ?"
Il faut savoir que Jim Morrison a toujours aimé la France et Paris plus particulièrement. Il y avait trouvé refuge à la fin de sa vie (même s'il savait pas que c'était la fin mais bon) pour échapper à son statut de rock star qu'il ne pouvait plus voir en peinture, à la célébrité qu'il avait de plus en plus de mal à supporter et surtout pour y peaufiner et se consacrer à ses écrits et sa poésie qu'il considérait plus en accord avec ce qu'il était. Alors à l'image de l'un de ses auteurs préférés, Oscar Wilde, qui avait vécu et est mort à Paris, il a voulu se faire enterrer au même endroit.
Même si evidemment, la famille et les membres des Doors auraient préférés que sa dépouille repose aux états-unis et que la Mairie s'en serait bien passé aussi vu comme les "fans" ont tendance à saccager les tombes et arbres alentours ! (à coup de "jim c'est par-là" "the lizark king is here", ce genre de débilités)
D'ailleurs, le sujet du transfert du corps revient régulièrement sur le tapis... (mais nan, on l'a, on l'garde ! :oÞ)

Quelques tombes "marrantes" croisées ensuite....
(faut pas hésiter à cliquer sur les photos pour mieux voir !)

P_re_lachaise_007
La famille "Cerceuil".... z'ont dû avoir des prix !


batman
Le caveau de Bruce Wayne ?
Non celui de la famille Gaumont ! (ça s'invente pas !!)
Un petit malin a même pris soin de "graver" batman
(ahahah, c'que le touriste est blagueur)

Les bras aussi, au même titre que les obélisques, avaient l'air très prisés... Je n'en ai croisés que par deux fois, mais quelque chose me dit qu'il doit y en avoir d'autres !
Ça nous a permis de faire les débiles, avec Caro dans le rôle de la candidate et moi dans le rôle de Julien Lepers (ouéouéouééé... les mains sur le buzzer... un indice chez vous sur votre écran... top... je suis...)

la_main_sur_le_buzzer

P_re_lachaise_017

Cette sépulture appartient à un couple, et où l'on voit un bras sortir de chaque tombe.
Perso je trouve ça super glauque, mais même mon frangin a trouvé ça romantique... (moué)

P_re_lachaise_006
Ce bleu-là, ça te saute un peu à la gueule dans une allée où tout est gris !

famille_carr_

Famille CARRE - dedans, z'ont dû être facile à ranger ! ;o)

Caroline tenait ensuite à visiter la tombe des plus vieux maccabés présents, celle d'Héloïse et Abelard, les amants légendaires. (Je vais pas vous faire la story surtout que je connais absolument pas les détails mais en gros, c'était une pauvre gourdasse qu'est tombé amoureuse de son professeur, ils ont été séparés, exilés, se sont écrit des lettres d'amours enflammés comme jamais on t'a écrit, blablabla, l'amour fou quoi - pfff)
Ces (supposés) restes ainsi que ceux de Molière et de La Fontaine ont été rapatriés à l'ouverture du cimetière et ont constitués ainsi une espèce d'opération marketing avant l'heure et qui visait à faire enterrer leurs morts aux parigots totalement réfractaires à ce cimetière !

P_re_lachaise_029
(La Fontaine et Molière)

Malheureusement, le monument (classé) des deux lovers étant actuellement en travaux de restauration, nous n'avons pas pu voir grand chose, à part sa taille imposante.

P_re_lachaise_015

P_re_lachaise_013

Et puis enfin, nous arrivions au gigantesque mausolée de la Princesse Elisabeth de Démidoff (enfin c'est aussi celui de sa famille - la famille Strogonoff, comme le boeuf - mais c'est surtout elle qui est mise en avant !).
Il surplombe tout le cimetière et se trouve même quasiment pile au milieu. Pourtant, il n'apparait pas sur les cartes ! (bizarre bizarre, mais nous allons voir que ce n'est pas tout)

P_re_lachaise_020

Bon en vrai on voit pas là mais le machin est super balèze, repérable des centaines de mètres à la ronde tellement il est plus grand que tout le reste !

Plus que le monument pourtant chargé symboliquement (il me faudrait un article entier et des connaissances supplémentaires pour décrypter les signes laissés sur ces murs), c'est la "légende" qui l'entoure qui m'a toujours fasciné !
En effet, à son décès en 1818, cette coquine de princesse décida d'inclure une clause à son testament, stipulant qu'elle lèguerait une très forte somme de francs Or à quiconque passerait une année entière, de nuit, dans la crypte parmi tonton, tata, beau-frère et toute la clique (vu la taille du machin, ils doivent être nombreux !!)
Plus d'un s'y est essayé mais aucun ne put y rester plus de 24 heures, victimes d'étranges apparitions (hallucinations ?) et leur causant une trouille pas possible voire même la folie pour certains.
La mairie de Paris décida qu'il était temps de faire arrêter ces conneries de popoff, et réussira à rendre caduque cette clause quelques temps plus tard ! (Mais pourtant, pendant des années, nombreux plaisantins se sont fait enfermés dans l'enceinte du cimetière pour aller faire coucou à Princesse, qui parait-il exaucerait les vœux. Sauf qu'en échange tu deviens tout pas bien - c'est ce qu'on m'a dit !)

L'heure de notre départ approchait et il fallait absolument que j'aille montrer à Caroline, ma tombe préférée, celle du gisant Victor Noir...

Mais en chemin, avant d'y arriver, nous avons croisés plusieurs personnages....

Hahnemann, le créateur de l'homéopathie (d'ailleurs, quand on regarde l'inscription on s'rend compte que le mot a perdu son "e dans l'o")

P_re_lachaise_018
La photo n'est pas retouchée, mate ses yeux, ça fait flipper nan ?

Gilbert Becaud qui conserve à l'évidence beaucoup d'admirateurs vu comme sa tombe est fleurie et remplie d'hommages...

P_re_lachaise_031

...Comparée à celle de Marie Trintignant tout à côté et qui est plutôt, morne

P_re_lachaise_032

Et là, peut être que ça expliquera l'absence de fleurs, mais l'empathe que je suis s'est vite vite barrée de là tellement l'ambiance était lourde, voire malsaine !!
(ça sent l'esprit pas parti ça, moijte l'dit !-brrrr ça fout les choquottes hein ! :oD)

Entre ces deux tombes, se trouve même celle de Sophie Daumier, comédienne ayant œuvré avec Guy Bedos, mais que je n'ai pas prise en photo puisque peu de gens se souviennent d'elle... (mais j'aurais dû en fait, la faute à la trintignant qui m'a perturbée tiens !!)

Et enfin, après un crapahutage sur les hauteurs du Père Lachaise, et en marchant sur la longue allée transversale....

P_re_lachaise_033

...enfin je distinguais au loin les courbes de mon gisant préféré....

P_re_lachaise_035

P_re_lachaise_034

Victor Noir, de son vrai nom Yvan Salmon était un journaliste de 22 ans, dans le canard républicain "La Marseillaise".
Un jour de 1871, ce jeune con (y'a pas d'autres mots) décida de provoquer en duel un cousin de Napoléon, et ce au nom d'un confrère (c'est pour ça que je dis qu'il était con un peu).
Le cousin a peine énervé et qui partait pas au quart de tour du tout lui tira juste une balle en plein cœur, tuant ainsi sur le coup ce pauvre Victor qui dit-on, devait se marier le lendemain.
En 1891, la dépouille de Victor Noir devenu entre temps un symbole de la liberté de la presse fut transféré au Père Lachaise où l'on décida de le représenter tel qu'il avait dû être à sa mort par une statue de bronze grandeur nature.
Les mains y sont donc relâchées, la bouche légèrement entrouverte, son chapeau est tombé à ses pieds, et puis surtout... son pantalon dégrafé laisse apparaitre une bosse relativement généreuse ! :o) (Dernier hommage à sa virilité ???)
Et si vous regardez bien la photographie, vous verrez que certains parties de la statue sont complètement lustrées....
En effet, sans qu'on ne sache vraiment pourquoi, on a prêté (et même encore maintenant) des pouvoirs surnaturels à ce gisant.
La légende veut que les femmes souhaitant voir l'élu de leur cœur se rapprocher d'elles, placent une fleur dans le chapeau puis donnent un baiser au jeune héros.
Celles qui souhaitent un brin de richesse devront quant à elles frotter l'intérieur d'une main (putain j'ai frotté comme une malade moi ! :oD)
Celles qui souhaitent être plus fertile ou tomber enceinte, n'ont qu'à frotter la fameuse bosse... (bon là, j'ai pas touché moi)
Et celles qui veulent que leurs amours durent toujours touchent l'emplacement du cœur (puisque c'est là qu'il a pris sa bastos)

Mais je n'ai pas parlé des chaussures ! Bah oui, vous voyez bien qu'elles aussi ne sont pas vert-de-gris.

Et bien c'est parce que comme toutes les légendes, il en existe plusieurs versions puisqu'évidemment, inventées de toutes pièces !....
Au fil des années, il n'a donc pas été rare pour les gardiens du cimetière de surprendre des dames "montées" sur le gisant, sans culotte, se frotter là où elles pouvaient. (et donc sur les godasses aussi, bande de dégueulasses !)
C'est d'ailleurs pour cette raison que la mairie de paris avait fait mettre des barrières tout autour il y a 5/6 ans mais qu'elle a dû faire enlever devant les nombreuses protestations ! (on veut s'frotter nous ! ouéééé ! ahahaha)

Il était temps presque temps de laisser ce pauvre Victor et de partir, mais avant, je voulais aller faire coucou à la tombe la plus fleurie de tout le cimetière....

P_re_lachaise_037

Celle d'Allan Kardec, le "père" du Spiritisme.
(le premier a avoir étudié d'un point de vue philosophique, les tables qui tournent.
Jeu très à la mode, et pourtant Ô combien dangereux, à la fin du 19è)

Là encore, une légende existe pour expliquer toutes ces fleurs présentes sur la tombe de celui qui s'est appelé jusqu'à ses 50 ans Léon-Hippolyte-Denizart Rivail et mort en 1869.
En effet, on raconte que vous avez la possibilité de faire un vœu auprès du buste d'Allan Kardec, de prendre une fleur et de revenir y déposer un bouquet entier si le vœu s'est réalisé.
A en juger au nombre, faut croire que ça marche !! ;o)
En attendant, vous pouvez toujours méditer sur la devise inscrite sur le haut du dolmen (pourtant pas breton le mec mais bon) "Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la Loi"

C'en était fini de notre petit tour des célébrités....

J'ai vraiment hâte d'y retourner en tout cas, et pourquoi pas même d'y suivre des conférences afin d'en apprendre encore plus. (44 hectares.... ça doit regorger d'histoires, j'adore ! ^^)
Je n'ai pas tout vu, je n'ai pas pris tous ceux que je voulais en photo et je compte bien le faire très prochainement !
J'espère que vous avez appréciée cette "visite", et bien sûr je ne saurais que trop vous conseillez de vous y rendre, le calme et le silence qui règnent étant très... reposant !

Pour finir, une chanson (normal), celle que l'on diffuse lors des enterrements (même ma mère me l'a demandée, elle est grave), il s'agit bien sûr du fameux Adagio d'Albinoni.

Mais étant donné que la version originale (de 14 minutes !!) donne irrémédiablement envie de se coller la tête dans le four, je vous propose plutôt la version de...... THE DOORS !! :oD
Qui n'est finalement pas très différente, mais en tout cas, beaucoup plus courte !
C'est celle-là même que l'on peut entendre à la fin du film d'Oliver Stone et où Jim déclame son American Prayer.
Et pour vérifier si vous avez écouté jusqu'au bout le morceau.... Il dit quoi Jim à la fin ? ;o)